• Je crierai au Dieu Très haut, à Dieu qui mène tout à bonne fin pour moi. Psaume 57. 2

    Le cœur de l'homme se propose sa voie, mais l'Éternel dispose ses pas. Proverbes 16. 9

     

    Stuart Holden vivait à Londres au début du 20e siècle. Invité à prêcher dans une importante rencontre de chrétiens aux États-Unis, il se préparait à partir quand sa femme tomba brusquement malade. Il décida de rester auprès d'elle pour la soigner et renonça à son voyage la veille du départ. Le billet qu'il avait réservé, Stuart ne l'utilisa jamais, puisque le paquebot qui devait lui faire traverser l'Atlantique était le célèbre Titanic, qui sombra quelques jours plus tard ! Frappé par cet événement tragique qui aurait pu lui coûter la vie, il ne se posa plus de questions sur la manière dont Dieu orchestrait chaque instant de sa vie.

    Nous regrettons souvent que nos plans, soigneusement échafaudés, soient dérangés. L'imprévu nous fait manquer des occasions sur lesquelles nous comptions. Mais rien n'échappe à notre Dieu et Père. Ces retards ou ces échecs contrarient apparemment nos plans. Mais ils sont souvent un moyen utilisé par notre Père qui nous aime pour nous protéger d'un danger, ou simplement pour nous rappeler qu'il est bien là, présent, pour diriger nos pas.
    Il y a une "providence divine" dans les événements que nous traversons. C'est la main de Dieu qui agit, secrète, invisible, mais puissante. Ainsi, le Seigneur achèvera le bien qu'il a commencé en nous (Philippiens 1. 6).
     
     
    Source (La Bonne Semence)

    votre commentaire
  • Oh ! si tu avais fait attention à mes commandements, ta paix aurait été comme un fleuve, et ta justice comme les flots de la mer ! Ésaïe 48. 18

    Oh ! si mon peuple m'avait écouté ! Psaume 81. 13

     

    "Si seulement…" exprime un regret. C'est une expression que l'on entend couramment. Si seulement je ne m'étais pas trompé de route ce jour-là ou si j'avais été plus prudent… Si seulement j'avais écouté les conseils de mes parents… Si seulement j'avais travaillé un peu plus pour réussir à mon examen, etc. Et nous reconnaissons nos erreurs, ou les occasions manquées.

    Mais dans les versets du jour, c'est Dieu qui manifeste son regret devant la désobéissance de son peuple terrestre, quand sa pensée était de lui faire du bien, de lui donner la paix, la victoire contre ses adversaires.
    Le Seigneur Jésus aussi a soupiré profondément à cause de l'incrédulité de ceux qu'il était venu guérir (Marc 8. 12). Devant l'endurcissement des habitants de Jérusalem, il s'est exclamé : "Si tu avais connu, toi aussi,… ce qui t'apporterait la paix ! mais maintenant, cela est resté caché à tes yeux" (Luc 19. 42). Ou encore : "Que de fois j'ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu !" (Luc 13. 34). En réponse à sa bonté, l'homme l'a crucifié.
    Aujourd'hui encore la pensée de Dieu est de faire du bien. Il est le Dieu bienheureux, qui veut nous faire partager son bonheur. Il ne prend pas plaisir à la mort du méchant, mais à ce que celui-ci abandonne ses mauvaises voies et qu'il vive (Ézéchiel 18. 23). L'homme est responsable de ses choix : accepter par la foi le salut offert par Jésus Christ, ou le refuser.
    Oh, si seulement tu faisais le bon choix !
     
     
    Source (La Bonne Semence)

    votre commentaire
  • Toi, arrête-toi maintenant, et je te ferai entendre la parole de Dieu. 1 Samuel 9. 27

    Terre, terre, terre, écoute la parole de l'Éternel ! Jérémie 22. 29

     

    Dans le cadre d'une enquête sur les centres d'intérêt des gens et leurs priorités, le Washington Post a mené l'expérience suivante : on a demandé à Joshua Bell, virtuose du violon, de jouer dans une station de métro à Washington. Deux jours auparavant, un concert qu'il donnait au théâtre de Boston affichait complet avec des prix proches de 100 dollars la place.

    Par une froide matinée de janvier 2007, il a joué pendant plus de quarante minutes dans une station de métro à une heure de pointe. Seules sept personnes se sont vraiment arrêtées pour l'écouter un moment. Une vingtaine, sans s'arrêter, lui ont donné de l'argent. Une seule sur plus de mille l'a reconnu.
    Une des conclusions à tirer de cette expérience pourrait être celle-ci : si nous n'avons pas un instant pour nous arrêter, reconnaître et écouter l'un des meilleurs musiciens au monde, combien d'autres choses manquons-nous ?
    Chaque jour des millions de personnes passent à côté de Dieu, sans le voir et sans l'entendre, comme s'il n'existait pas. On le relègue dans les édifices religieux alors qu'il est là tout près de nous, prêt à se révéler dans notre quotidien. Comme des passants trop accaparés par leurs affaires, nous n'avons pas le temps de nous arrêter pour prendre la mesure de son amour envers nous et du don qu'il nous a fait en nous donnant Jésus.
    "Bienheureux… ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent !" (Luc 11. 28).
     
     
    Source (La Bonne Semence)

    votre commentaire
  • (Jésus a dit :) J'aime le Père, et comme le Père m'a commandé, ainsi je fais. Jean 14. 31

    Parce qu'il a mis son affection sur moi, je le délivrerai. Psaume 91. 14

     

    Nous pensons plus volontiers à l'amour de Jésus pour nous qu'à son amour pour Dieu. Or le premier commandement de la Loi de Moïse : "Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée" (Deutéronome 6. 5 ; Luc 10. 27), Jésus a été le seul à l'accomplir. Et il l'a prouvé ! L'amour pour Dieu, son Père, a été le grand motif de toute sa conduite, inspirant chacune de ses paroles. Cet amour ne s'est pas montré dans des situations faciles ou agréables, mais dans une souffrance morale de tous les instants, au milieu d'un monde opposé à Dieu. Face à l'opposition et aux persécutions, rempli d'amour pour celui qui l'avait envoyé et qu'il venait révéler, il a fait briller la grâce et la vérité.

    Plus que cela, quand la haine des hommes les a conduits à porter les mains sur le saint Fils de Dieu et à le crucifier, nous voyons la perfection de son amour. Non seulement il accepte les coups sans une plainte, mais il s'offre à Dieu, lui, l'homme parfait, pur, sans tache, pour faire sa volonté. Il savait pourtant ce qu'était cette volonté, et par quel chemin elle allait le faire passer.
    Alors, dans une suprême soumission, il s'offre en sacrifice pour le péché et prend sur lui le châtiment que nous méritions. Mais la réponse de Dieu est assurée : "Je le délivrerai", preuve que Dieu est satisfait, et Jésus est ressuscité, triomphant du pouvoir de la mort, du péché et de Satan ! Dieu l'a souverainement élevé, l'a placé sur son trône. Il est digne à jamais de notre adoration.
     
     
    Source (La Bonne Semence)

    votre commentaire
  • Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ : pour vous, lui qui étais riche a vécu dans la pauvreté, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis. 2 Corinthiens 8. 9

    Avec moi sont les richesses et les honneurs, les biens éclatants et la justice. Mon fruit est meilleur que l'or fin. Proverbes 8. 18, 19

     

    Dans notre société occidentale, l'argent est roi. Il gouverne le monde. Tout est fait pour obtenir le profit maximum, sans se soucier de ceux qu'on laisse au bord du chemin. La richesse insolente côtoie la plus grande pauvreté.

    Chrétiens, la Bible nous met en garde contre la poursuite des biens terrestres. L'amour de l'argent est "une racine de toutes sortes de maux" (1 Timothée 6. 10), il rend l'homme hautain et dur, il fausse les relations et il l'éloigne de Dieu. De plus ces richesses sont éphémères : "Vos richesses sont pourries et vos vêtements sont rongés par les vers ; votre or et votre argent sont rouillés, et leur rouille sera en témoignage contre vous" (Jacques 5. 2, 3). Un jour viendra où tout le système économique du monde s'effondrera. "En une seule heure, toute cette richesse a été changée en désolation !" (Apocalypse 18. 17).
    Pour le croyant, les vraies richesses ne sont pas matérielles, terrestres et temporaires mais spirituelles, célestes et éternelles. C'est Jésus Christ qui nous l'a appris quand il s'est dépouillé de sa gloire pour venir sur la terre. Il a vécu dans la pauvreté, ne possédant rien, pas même une pièce pour payer l'impôt (Matthieu 17. 27). Par sa mort et sa résurrection, il a rendu accessibles à tous ceux qui croient "les immenses richesses de sa grâce"(Éphésiens 2. 7). "L'excellence de la connaissance du Christ Jésus" amenait l'apôtre Paul à estimer toutes choses "comme des ordures" (Philippiens 3. 8). Recherchons ces vraies richesses dans la présence du Seigneur.
     
     
    Source (La Bonne Semence)

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique