• PaS : Les bergers à Bethléem : pourquoi les choisir ?

    "Il y avait dans la même contrée des bergers demeurant aux champs, et gardant leur troupeau durant les veilles de la nuit. Et voici, un ange du Seigneur se trouva avec eux, et la gloire du Seigneur resplendit autour d'eux." Luc 2. 8, 9

     

    L'annonce de la naissance de Jésus aux bergers de Bethléem nous est très familière. Les crèches qui se multiplient en cette période de Noël les représentent, avec leur grande barbe, leur long manteau et leur bâton noueux. Mais pourquoi Dieu a-t-il choisi des bergers pour annoncer aux hommes la naissance de son Fils ?

    C'est en premier lieu un signe d'humilité : Jésus est venu dans une famille pauvre et il est né dans une étable, loin du confort du plus beau des palais qu'il aurait pourtant pu revendiquer en raison de son rang de créateur. De même, les bergers étaient mis à l'époque au dernier rang de la société. Le pauvre est annoncé aux pauvres et il était bien approprié que l'évangile qui allait être annoncé aux pauvres commence ainsi.
    L'incongruité de trouver Jésus couché dans une mangeoire aurait pu scandaliser de bons Juifs qui attendaient avant tout un Messie triomphateur. Pour les bergers, une étable, une crèche, n'avaient de dépaysant : c'était le lieu de leur travail quotidien. Ils ont pu ainsi ne pas s'arrêter au contexte déroutant de cette naissance pour concentrer leurs pensées et leur adoration sur celui qui venait de façon si étonnante.
    Pour nous qui lisons ce récit, le choix des bergers revêt également une riche dimension symbolique : Jésus est le << vrai berger >> annoncé par les prophètes (cf. Ezé. 34. 23). Il s'inscrit à la suite d'une longue lignée de pasteurs qui avait marqué l'histoire du peuple d'Israël : les patriarches Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, dépositaires des promesses divines ; le roi David, à qui Dieu avait donné une alliance qui ultimement se réalisait ce jour-là dans la "cité de David".
    Enfin, les troupeaux, que gardaient les bergers pendant cette nuit unique et qu'ils ont laissés pour aller voir le Sauveur, évoquent l'Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Jésus seul allait prendre la suite et la place des innombrables troupeaux qui avaient été sacrifiés pendant des siècles sous l'ancienne alliance : il est la victime unique pour nos péchés qui permet à Dieu de trouver son "bon plaisir" dans les hommes qui le reçoivent.
     
     
    Source (Plaire au Seigneur)

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :